Giorgos Ioannou, album 1940-1974

Date de l'événement : 
Lundi 21 novembre 2016 - 08:00
Jusqu'au : 
Vendredi 13 janvier 2017 - 19:00
Lieu : 
Bibliothèque Lettres, Langues et Sciences Humaines, Gergovia
Type : 
Auteur : 
Giorgos Ioannou


Λεύκωμα -- Album 1940-1974

"Album" est une traduction par défaut de Λεύκωμα : le terme anglais de scrapbook conviendrait mieux pour rendre compte de l'ouvrage remarquable de Georgios Ioannou publié par la maison d'édition Papazissis en 1981. Il s'agit en effet d'un recueil de notes dessinées, de 100 morceaux de mémoire découpés dans la presse ou dans un journal de voyage qui commencerait dans les monts du Pinde lors de la résistance acharnée et victorieuse des Grecs contre l'offensive italienne en 1941 [1] et qui s'achève avec l'affirmation de la démocratie en 1974 après la chute du régime des colonels [100].Giorgos Ioannou
C'est une mémoire multiple qu'illustrent les 100 monotypes1. Celle d'un jeune homme grec engagé la résistance à l'occupant, d'un peintre engagé contre la dictature, d'un athénien qui a connu la faim, les camps et les exécutions. C'est le souvenir de l'innocence essentielle (le dessin d'enfant) ou de l'innocence bafouée (le terrible ou le grotesque). C'est aussi la mémoire du peuple grec et son histoire oubliée par les européens. C'est pourtant une histoire européenne comme le sont aussi celles de l'Espagne (1936-1976) ou de la Bosnie-Herzégovine (1991-1996) : une histoire qui a divisé des peuples, des nations et engendré l'horreur.

Mais il est d'autres mémoires qui apparaîssent parfois dans les monotypes de Giorgos Ioannou : celle de la Grèce immortelle est rémanente dans l'image des masques ou du choeur antique ; celle du peintre à travers des motifs et des procédés de représentation qui tiennent autant de la modernité radicale que de la tradition iconique. La répétition des figures (les camps, les murs, le bourreau) souligne l'ironie féroce de l'histoire grecque : entre le 1er et le dernier acte de cette tragédie, l'oppression change plusieurs fois de masque et de costume mais c'est bien la même qui humilie, torture et assassine le combattant (Μαχητες) dans le maquis ou dans les rues d'Athènes.

Λεύκωμα n'est pas un récit : ces monotypes sont des instantanés, c'est l'actualité de celui qui a saisi ces scènes de la vie athénienne sous l'occupation et la dictature et de la vie du maquis pendant la résistance et la guerre civile : ce sont des témoignages directs de l'auteur. Certains monotypes ont été publiés dans les journaux clandestins.

Cet exemplaire de "Λεύκωμα 1940-1974" appartient à Anne-Marie Rivière, présidente de l'Amitié Grèce-Auvergne et professeur d'arts plastiques. Il lui a été donné par un ami athénien chineur et bibliophile. Elle nous l'a gentiment prêté pour cette exposition organisée à l'occasion de la conférence de Jean-Pierre Faure "Occupation et guerre civile en Grèce : 1940 – 1949" (24 novembre, MSH).

Nous remercions particulièrement Monsieur Dimitris Ioannou pour l'autorisation d'exposer les oeuvres de son père.

1 - Le monotype est un procédé d'impression sans gravure qui produit un tirage unique : l'encre couchée sur du verre ou du métal est retirée par le travail de la plume ou du couteau avant d'être imprimée.



Γιώργος IΩΑΝΝΟΥ -- Giorgos IOANNOU

Giorgos Ioannou est né à Athènes en 1926.
Il a étudié la peinture et la gravure à Athènes avec Kostas Iliadis et Theodoros Drosos puis à Paris à l'Académie Julian et dans les ateliers de Claude Shurr et de Mac' Avoy. Sa première exposition individuelle à la Gallerie Zygos (Athènes) en octobre 1959 est suivie de nombreuses autres à Athènes et à l'étranger. Il participe aussi à de nombreuses expositions collectives internationales (Biennale de Venise, 1970 ; Europalia de Bruxelles, 1982 ; ...).
Son style intègre les principes et les techniques de la bande dessinée et du Pop Art, dont il est le principal représentant en Grèce, pour produire une satire sociale et politique dans des compositions à l'atmosphère surréaliste.
Une partie de son oeuvre est aussi fortement marquée par son engagement dans les mouvements de résistance grecque (EPON, Organisation panhellénique unitaire de la jeunesse ; ELAS, Armée populaire de libération nationale grecque).
Giorgos Ioannou a publié de nombreux articles dans les journaux et revues grecques. Ses travaux ont été récompensés par plusieurs prix dont celui de la Ville d'Ostende et celui de l'Europa Arte en Italie. En 2012, l'Académie d'Athènes a distingué l'ensemble de son oeuvre.
Giorgos Ioannou vit et travaille à Athènes.

 

Site officiel de Giorgos Ioannou : https://giorgos-ioannou.com/

Contact : frederic.lazuech@clermont-universite.fr



Photos de l'exposition

 

Image d'illustration de l'événement
Image d'illustration d'un événement