Panser les hommes

Date de l'événement : 
Lundi 9 janvier 2017 - 08:00
Jusqu'au : 
Mardi 7 février 2017 - 19:00
Lieu : 
Institution St Alyre à Clermont-Ferrand
Type : 
Auteur : 
BCU de Santé, Club des jeunes historiens de St Alyre, Eddy Oziol

L’exposition  se propose de montrer comment la médecine a su s’adapter rapidement et faire preuve d’innovations face à un conflit d’un nouveau genre auquel elle n’était pas préparée. Le Service de santé des armées, ordonnateur de la « médecine de guerre », fournit un effort très important pour assurer ses missions notamment en développant de nouvelles techniques médicales qui ont bénéficié à toute la société civile une fois l’affrontement terminé.
Le bilan humain de la Grande Guerre est très lourd. Dès le début du conflit, les secours ne peuvent faire face à l’afflux de blessés et à la gravité des blessures. Les progrès technologiques en matière d’armement causent des blessures aux effets
jusque-là inconnus. La prise en charge des blessés, les procédures d’évacuation, les techniques chirurgicales évoluent très vite et la presse scientifique contribue à diffuser les connaissances et à améliorer les pratiques cliniques.
Cinq grandes thématiques structurent cette exposition qui présentera de riches contenus : documents d’archives, photographies, objets rares d’époque, projection de films et contenus interactifs :


Des hommes et des femmes au service des soldats blessés et malades.
Médecins, chirurgiens, pharmaciens, officiers d’administration, infirmiers et infirmières, brancardiers du Service de santé des armées se mobilisent d’un point de vue logistique et sanitaire pour prendre en charge la multitude
des blessés, dans des conditions souvent difficiles.

Diffuser les bonnes pratiques : le rôle de la presse médicale.
Les élèves du Club des jeunes historiens de l’Institution Saint-Alyre sous la supervision de leur professeur d’histoire, Malek RABIA ont dépouillé la revue « Le Paris médical » qui a continué à paraître pendant le conflit. Des témoignages, des analyses de cas cliniques, des protocoles de soins ou protocoles chirurgicaux, des comptes-rendus des Académies de sciences, de médecine ou de sociétés savantes constituent un corpus très riche qui aborde aussi la prophylaxie, les soins de suite et la rééducation.

La médecine fait front.
La médecine a dû innover dans de multiples domaines. La chaîne des évacuations est complètement réorganisée pour passer d’un modèle où l’évacuation systématique vers de lointains hôpitaux laisse place à un triage médical. Pour protéger les combattants, les équipements personnels évoluent également. Enfin, les techniques chirurgicales progressent.

Les hôpitaux de l’intérieur dans le Puy-de-Dôme et à Clermont-Ferrand.
Surtout le territoire national de nombreux hôpitaux accueillent les blessés et les convalescents. Une application interactive permettra de découvrir les 22 sites réquisitionnés à Clermont-Ferrand, dont l’hôpital Michelin.

La foi au front
A travers les parcours de l’abbé Lestrade, aumônier militaire catholique et d’Abraham Bloch rabbin français et aumônier tué à l’ennemi, nous proposons un regard sur la religion sur le champ de bataille. Elle accompagne les poilus dans la continuité de la pratique de leur foi et dans le réconfort moral aux blessés.

Voir les photos de l'exposition  Voir les photos >>>

Image d'illustration de l'événement
Image d'illustration d'un événement